02/12/2010

251.287 (AS)

J'espère que notre hôtesse me pardonnera de copier/coller un commentaire posté sur un autre site qui parle de "Roulements de tambours" mais dont les intervenants parlent surtout de "251.287", l'internet est fait de labyrinthes...C'est surtout le dernier paragraphe qui concerne le sujet traité ici. Mais comme "la dame bien-aimée des dieux, au regard amical" est tolérante...:
Après nous avoir parlé précédemment d’Aristote, JA (Jacques Attali) nous entraine sur les traces d’Açoka, troisième empereur de l’Inde (dynastie des Maurya)qui régna de 272 à 232 avant JC, ô combien prestigieux mais tombé dans l’oubli complet pendant plus de deux mille ans, même ignoré par Ghandi qui lui ressemblait pourtant le plus par son refus de la violence. Son empire s’étendait de l’Afghanistan, Pakistan, Ceylan au Bengale actuels. Pendant la première partie de son règne, il fut un guerrier terrible qui réussit l’extension de son empire, au prix d’immense pertes de vies dont la plus célèbre bataille est celle de Kalinga qui fit plus de 100.000 morts.
Dans la deuxième partie de son règne, il est converti au bouddhisme et, pris de remords pour tous les dégâts qu’il a causé à son peuple, sur le site de la bataille de l’Orissa, il fait graver dans la pierre :
« Devanamapriya (Açoka) conquérant du Kālinga, a maintenant des remords à la pensée que la conquête n’est pas une conquête car des hommes furent assassinés, tués et exilés lors d’une telle conquête. Devanamapriya éprouve cela avec beaucoup de tristesse et de regrets. À présent, la perte du centième ou même du millième de toutes les vies qui furent tuées, qui moururent ou furent emmenées captives à l’époque où le Kālinga fut conquis, Devanamapriya le déplore. Il considère que même ceux qui lui causent du tort méritent d’être pardonnés pour les torts qui peuvent être pardonnés. Parce qu’il croit que tous les êtres doivent rester saufs, avoir le contrôle d’eux-mêmes, être traités également et mener une vie heureuse. Pour Devanamapriya, la conquête par la vertu est la plus importante conquête ».
Sous la direction d’un maître bouddhiste, Açoka fait une retraite de deux ans, puis reprend en main les destinées de son empire.
Pour gouverner, il émet treize édits, suivis plus tard par sept rescrits, qu’il fait inscrire sur des milliers de stèles et de colonnes qui ont été érigées partout dans l’empire, parfois même en dehors de celui-ci. Elles constituent ce qu’il appelle la Loi, basée sur le dharma bouddhique. On estime à 84.000 le nombre des colonnes ainsi réparties et dont il reste encore un tout petit nombre.
Dans son quatrième édit, gravé comme tous les autres édits sur des milliers de colonnes, il écrit:
« A présent, grâce à la pratique de la Loi par le roi bien-aimé des dieux au regard amical, le BRUIT DES TAMBOURS est devenu l’annonce de la Loi. La meilleure des activités est l’enseignement de la Loi ».
Louons donc les dieux (à l’époque, c’étaient Zeus, Bouddha, Amon, Rê, etc les trois monothéismes étant venus bien plus tard) d’avoir arrêté les roulements de tambours dont nous parle JA. Et dire que l’Inde a chassé le bouddhisme hors de ses frontières pour garder l’hindouisme basé sur une hiérarchie de sectes et que Açoka a condamné.
Il y a de ces silences du côté de la Mer Jaune qui font du bien, tandis que d’autres bruits ou fuites de Wiki font trembler les va-t’en-guerre des pays soit disant démocratiques qui croient tout se permettre au nom du peuple. Et si WikiLeaks était proposé pour le prochain Prix Nobel de la Paix ?

http://www.slate.fr/story/31147/pourquoi-aime-wikileaks

et voivi les russes qui ont des idées:

http://www.slate.fr/lien/31413/vladimir-poutine-julian-as...

Ceci n'est pas une fuite de WikiLeaks:
http://www.slate.fr/lien/30965/strauss-kahn-2e-classement...

et

http://www.foreignpolicy.com/2010globalthinkers

Et que fait-on pour fêter cela ?
☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺☺

09:01 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.