08/02/2010

Les catastrophes américaines ne sont pas seulement climatiques (AS)

@Jog: 
"...Quel crédit ajouter aux dires quelqu'ils soient lorsque ..." ou quels qu'ils soient? Je sais, je suis ...chiant...lol:
http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais...

Pas de quoi Attila, la voix est le plus beau des instruments mais très, très, très, peu savent en jouer avec cette perfection extrême...
Il faut des heures de répétes considérables et une vive intelligence pour comprendre les personnages et infuser à sa voix cette compréhension là...

On est malheureusement trop souvent dans la technique et on en sort pas!
Je vais être méchant...Alagna par exemple, il est comme ces acteurs de cinéma qui ne reproduisent qu'eux même, en boucle au long de leurs films.

JOG: Merci pour cette extraordinaire interprétation de Lucia. Ma définition de la CALLAS a toujours été: c'est la confirmation que la voix humaine est le meilleur instrument de musique.

Pour les nostalgiques,
Voici les paroles ou lyrics de "Au parc Monceau" interprétées par Yves Duteil :
Au parc Monceau
Entre les grilles et les arceaux
Les enfants sages ont des cerceaux
Au fil de l'eau
Dissimulés dans les roseaux
On entend piailler les oiseaux

Le parc Monceau
Petit morceau de mon histoire
Le vieux monsieur des balançoires
Les cygnes noirs
La ville
Était à l'autre bout du monde
Entre le lac et la Rotonde

Au parc Monceau
Entre les grilles et les arceaux
Les cours d'histoire avaient bon dos
Près du métro
Elle m'attendait sans dire un mot
J'ai pris sa main comme un cadeau

Le parc Monceau
Premier baiser de mon histoire
Sur un des bancs d'une allée noire
Un peu d'espoir
La peur
La folle envie d'oublier l'heure
Ma main posée contre son cœur

Au parc Monceau
Entre les grilles et les arceaux
Le bonheur a fait son berceau
Pour nos seize ans
La pyramide et ses mille ans
Nous avaient cachés des passants

Un parc en France
Petit morceau de mon enfance
Où j'ai trouvé l'adolescence
Un jour de chance
Un square
Bien à l'abri dans ma mémoire
Quand j'y retourne par hasard

Au parc Monceau
Entre les grilles et les arceaux
Entre les gardes et les landaus
Au parc Monceau
Entre les fleurs et les moineaux
Les cours d'histoire avaient bon dos

J'ai visité le musée Camondo juste après avoir lu le livre d'Assouline, il y a une dizaine d'années: émouvant et éclairant sur les périples de familles juives à travers l'Europe et ailleurs, après leur fuite forcée d'Espagne et du Portugal. Tragédie humaine indélébile pour le monde entier. Ces familles, d'une résilience incroyable mais obligée pour survivre, ont apporté partout où ils ont immigré une richesse de biens et de culture. La France, pays d'accueil, en a tiré grandement profit et cette famille Camondo avec toute la communauté autour du parc Monceau en témoigne. C'est dommage que la mémoire sur cette histoire passionnante s'estompe de nos jours.
J'aime bien ce parallèle avec la fuite en Égypte:
http://lemondejuif.blogspot.com/2007/01/le-dernier-des-ca...

10:36 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.