21/01/2010

Etre français, une chance ou une punition? (AS)

http://www.lesoir.be/forum/cartes_blanches/2010-02-24/l-e...

Suite:

http://archives.lesoir.be/carte-blanche-guy-verhofstadt-a...

Suite:

Sait-on que la vraie identité française est d'abord européenne et que cette dernière est néandertalienne qui a habité l'Europe de 280.000 à 28.000 av. J.C. environ. Or, l'homme de Néandert(h)al ayant disparu sans laisser d'adresse ni un mot, l'Europe est habitée depuis environ 35.000 ans av. J.C. par un "étranger" homo sapiens venu d'Afrique et d'Asie. En France, il a laissé des traces à Cro-magnon où il a habité. Donc, l'Europe est un continent (le seul?) qui n'a plus d'identité originelle continue depuis la disparition de l'homme de Néandertal il y a 30.000 ans environ. Les néandertaliens et les cro-magnoniens(sic) ont co-habité pendant 5.000 ans environ sans s'entrecroiser génétiquement. En tout cas, à ce jour, on n'a trouvé aucune trace d'un descendant commun éventuel. Bref, nous sommes des orphelins ignorants qui faisons semblant de nous y connaitre en nos "identités nationales". La génétique est une science trop jeune non encore maitrisée. C'est vrai que cela sent le pourri de parler d'identité nationale à l'heure où on essaie d'établir une identité européenne, comme dit Guy Verhofstadt, ancien Premier Ministre belge. Nous allons bien "rigoler" quand l'Europe se mettra (enfin) à voir de plus près les identités flamande et wallonne dont les leaders politiques se contredisent allégrement entre ce qu'ils disent à l'extérieur et ce qu'ils disent ou font à l'intérieur de leur pays artificiel mais qui veut donner des leçons à l'UE.

Lilian Thuram approuve tout-à-fait Verhofstadt. D'ailleurs dans son livre "Mes étoiles noires", en parlant des noirs, il commence par Lucie et finit par Obama. Je vais essayer de le lire.
La réponse de Bernard Kouchner sur Europe1 parlant de l'article du Monde est révélatrice de l'état d'esprit de celui qui a prôné l'interventionnisme le premier avec MSF: "Le ridicule ne tuant pas, j'espère qu'il (Verhofstadt)se portera bien". Alors un citoyen de l'UE à l'heure des frontières ouvertes, ne serait pas autorisé de parler de la politique d'immigration (car il s'agît bien de cela)d'un autre pays de l'UE? Beaucoup de belges seraient heureux que l'UE se préoccupe un peu plus de la façon dont ils sont traités dans leur pays, par manque de clarté sur le projet d'identité européenne. Droit du sol ou du sang, frontière linguistique, droits des minorités, etc. dont les deux frères Van Rompuy ainsi que tant d'autres font fi.

Ma meilleure référence philosophique étant le Chat (alias Philippe Geluck), je me sens rassuré quand je vois sa pensée sur un sujet qui me taraude:
http://moreas.blog.lemonde.fr/2010/02/06/mon-identite-nat...

Une mea-culpa d'Eric Besson ?

http://www.lepost.fr/article/2010/02/01/1917258_eric-bess...

Posted by: attila | 01 février 2010 à 10:17

Les synonymes sélectionnés pour "nation" sont :

assemblage, association, cité, collectivité, communauté, gens, gent, groupe, habitant, nationalité, patrie, pays, peuple, population, puissance, race, région, république, société, territoire, état

21 mots sélectionnés.

Le synonyme sélectionné pour "nationalité" est :

allégeance

1 mot sélectionné.


Les synonymes sélectionnés pour "identité" sont :

accord, communauté, consubstantialité, papier, parenté, parité, similitude, uniformité, unité, égalité, équivalence

11 mots sélectionnés.

Les synonymes sélectionnés pour "national" sont :

domestique, public

2 mots sélectionnés.

Conclusion: "identité nationale" est une expression orpheline, idiote. "nationalité" ou "allégeance" sont à classer verticalement.
Quelle pauvreté!

Bonjour Madame,

Il me semble qu'à force de donner la nationalité française à tour de bras à quiconque la demande et de façon anarchique, on finit pas en oublier le sens, la priorité et les devoirs qui y incombent. Vous avez pu le constater à votre propres dépends, et j'en suis navré.
Je reste surpris par certains commentaires qui mettent en avant l'abération d'une identité "nationale". D'un côté il faut accepter son prochain quelque soit sa religion, la couleur de sa peau, son origine..., et de l'autre on voudrait gommer tous les particularisme de chacun en disant qu'être français est désuet, être chrétien est ringart, être breton ou auvergnat, n'en parlons pas... Si l'on veut faire accepter les différence de chacun, il faut entretenir, cultiver et promouvoir ces différences ; elles font la richesse du monde.
La remarque de Michel Serres est intéressante, mais ce qui à mon sens a longtemps fait la force et la grandeur de notre pays, la France, est justement que cette Nation (qui est collective) se trouve une commune identité, celle d'être français.
Je suis passionné d'histoire, et je reste admiratif, de cette construction de la Nation, qui s'est opérée au cours des siècles, et cela depuis les gaulois.
A force de boulverser les repères, plus personne ne s'y retrouve, et comme je l'ai lu dans un autre commentaire, on ne fait que monter les uns contre les autres, et j'ai le sentiment que c'es le principe politique qui règne depuis déjà de trop nombreuses années.

Attila: les Américains sont très stricts et restrictifs sur les procédures d'immigration, mais le seul fait d'être né sur le sol américain donne la nationalité américaine... Ce qui n'est plus notre cas depuis de nombreuses années. Il faut dire que les Etats-Unis ont toujours été un pays se construisant avec l'immigration.

Michèle, bien sûr qu'il y a des cas bien plus délicats que le mien qui était simple... et ce que je raconte de la vieille dame de 83 ans ou de la femme née en Algérie est emblématique d'une situation qu'on ne peut admettre.

"Identité nationale est une contradiction, car l'identité est individuelle et nationale est collective" Michel Serres:

http://www.rtbf.be/lapremiere/emission/programme_bonjour-... ou

http://www.rtbf.be/lapremiere/podcast/detail?c=LP-BQM-INV... ou

http://archives.lesoir.be/a-bout-portant-%AB-si-nous-somm...
J'ai beau me tenir la tête mais je n'arrive pas à voir où ce débat va nous amener. La France, pays d'universalisme, s'honore-t-elle en lançant ses citoyens les uns contre les autres? Les français croient-ils qu'ils resteront éternellement français et qu'ils garderont cette utopique identité à eux tous seuls? Seront-ils européens un jour comme tous les autres européens pour devenir citoyens du monde, enfin?
Le problème réside évidemment sur le fait qu'il y a deux critères très différents pour définir l'identité ou la nationalité: le droit du sol ou le droit du sang. Or ces critères n'ont plus de raison d'être à notre époque d'intégration d'hommes et de femmes, quels que soient leurs lieux de naissance ou leurs couleurs de peau. D'autres facteurs de division tels que la langue devront aussi finir par s'intégrer. Alors, soyons cohérents svp et arrêtons de nous flageller! Il y a assez de problèmes qui attendent l'humanité pour nous disperser dans des débats inutiles comme disait Philippe Séguin.
Qu'attendons-nous pour nous inspirer des américains (dont la Révolution française s'est inspirée) pour gérer nos méthodes d'intégration de nationalités dans un ensemble plus fort et plus humain?

11:49 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.