15/03/2009

"Les riches empruntent, les pauvres remboursent" (Coluche)

Qu'est-ce que c'est que l'économie? C'est travailler, gagner son salaire "à la sueur de son front" et le dépenser en consommant pour vivre dignement, mais pas pour survivre ni pour accumuler des richesses ou spéculer en bourse.

http://www.dailymotion.com/video/x46yxx_crise-financiere-...

S'endetter en empruntant à taux excessifs (plus de 20%) par les canaux des micro-crédits ou des banques classiques, est-ce une solution ? Si les riches n'ont pas su rembourser leurs dettes qu'ils ont contractées à des taux très favorables, les pauvres (surtout des femmes comme dit Carmel) pourront-ils y parvenir ?

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resu...

Avez-vous remarqué que JA commence sa chronique par des guillemets? Qui l'aurait cru il y a qq temps?
Tout change ...

@François Monterlay:
"Des taux d'intérêts plus élevés que le secteur bancaire traditionnel.

Les adversaires du microcrédit lui opposent souvent les taux élevés de certains prêts (environ 20%). Ils regrettent aussi que ce mécanisme détourne les actions des autres programmes comme la santé, l'éducation ou l'eau. Une étude réalisée en 2004 estime que le microcrédit favorise des activités peu rentables et devrait s'accompagner de programmes sociaux. Certains acteurs du microcrédit dénoncent des organisations non gouvernementales qui utiliseraient le microcrédit comme source de financement[2].

Réponse à cette critique : les actifs qui font appel au microcrédit n'ont pas d'autre accès au crédit. En général, leurs seuls recours sont les usuriers qui appliquent des taux approchant les 1% par jour ! Avec des taux compris en général entre 10 et 30% par an, les organismes de microcrédit offrent un accès à des crédits maîtrisables aux entrepreneurs actifs des pays en voie de développement. Dans les institutions bien gérées, les taux de remboursement de ces crédits avoisinent 95%, preuve que les taux ne sont pas du tout insurmontables. Les taux élevés sont attribuables selon les cas aux coûts de la main d'œuvre importante (nécessaire pour la sélection et le suivi de clients vivant dans des zones parfois éloignées) et au coût de refinancement des institutions, renforcés par des taux d'inflation importants. Enfin, les besoins en matériel informatique et autres biens (matériel de bureau, véhicules), souvent importés, gonflent les coûts de fonctionnement. Les prêts consentis sont assortis d'un accompagnement psychologique, social et technique dont les frais sont comptabilisés dans la rubrique du fonctionnement". Wikipedia
Voir aussi l'émission "C dans l'air" du 16/3/09

Voir aussi "crédit permanent" ou "credit revolving":
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9dit_revolving

16:31 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.