24/02/2009

Collections, mode d'emploi

Cogitations:
"En privilégiant le désir de liberté individuelle sur toute autre valeur, nous allons vers un monde où les Etats, pourtant si précaires, auront seuls la responsabilité de la protection de la définition du beau, que le marché remettra sans cesse en cause ; même si elle reste la seule définition universelle du vrai. " JA

"Il existe une idéologie très puissante dans notre monde: c'est l'idéologie de l'individu et de l'autorégulation. Il en existe deux versions: la version "marché" et la version "droits de l'homme". Mais dans les deux cas, c'est l'individualisme comme valeur suprême. Et si l'individu est la valeur suprême, il n'y a qu'une manière de faire fonctionner la société, c'est par des mécanismes de type autorégulateurs. Donc, c'est la société de marché, dont le miracle est qu'elle n'a pas besoin de grands discours."Comme dit le philosophe politique Marcel Gauchet. http://gauchet.blogspot.com/

http://documents.scribd.com/docs/e0emsxq15ovk85lzci5.pdf

"La crise financière mondiale, devenue économique, basculerait alors dans une crise sociale et politique majeure; des centaines de millions de gens seraient menacés de chômage; le régime politique critiqué, rejeté comme incapable de maîtriser le "golem" des marchés qu'il aura contribué à créer. Toute l'idéologie de nos sociétés individualistes et déloyales serait remise en cause. Et la démocratie avec elle." JA dans "La crise, et après ?"

"Nous vivons la fin de l'utopie de l'art, c'est-à-dire la fin d'une croyance dans les pouvoirs de critique, de transfiguration et surtout de communication de l'art. Quand la culture devient un monde séparé destiné au loisir, quand les valeurs de la démocratie remettent en cause la déférence forcée du public pour les goûts de l'élite, quand il ne peut plus y avoir ni prophètes ni mages, il reste la comédie de l'avant-gardisme de l'Etat s'efforçant en vain de produire administrativement du sens." Yves Michaud "La crise de l'Art contemporain"

Artistes anonymes égyptiens, africains, aztèques, mayas, incas, khmers, chinois, indiens, etc ... si vous saviez que vos chefs-d'œuvre finiraient leur parcours dans des mains de collectionneurs privés et fortunés ...

@golischa, albatros, les femmes en général et la liberté de leur corps.
j'ai écouté une interview de Gisèle Halimi sur son combat féministe et sur son dernier livre "Ne vous résignez jamais":
http://old.rtbf.be/rtbf_2000/bin/view_something.cgi?id=01...
Malheureusement ce n'est pas podcasté.

Voici un dieu qui les dépasse tous:
http://www.thechurchofgoogle.org/

Après Sénèque, JA va-t-il enfin nous dévoiler sa "Bible de la vie" en commençant par nous décrire le mode d'emploi du premier péché de l'homme: s'enrichir à outrance en collectionnant de l'argent, des objets, des êtres humains ou animaux, des bombes atomiques, etc. Les autres péchés (pas les sept capitaux mais les nouveaux de notre époque) suivront-ils ?
Considérer s'enrichir comme un péché est évidemment d'abord un point de vue religieux, rien de plus: le catholicisme condamne l'enrichissement des fidèles en leur conseillant de verser leurs gains à l'église, ce que le protestantisme ou la judaïsme contestent en disant: enrichis-toi et enrichis ton voisin ...

Chirico, un artiste (comme le malade) malgré lui:
http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2009/02/26/vente-be...
l'art est tellement subjectif, c'est du vent qui ne devrait pas être monnayé. Comme certains logiciels d'ailleurs. Une formule mathématique telle que E=mc² n'est pas brevetable, monnayable. Une copie d'une partition de Mozart s'achète pour une croûte de pain, un tableau de Van Gogh peut valoir des milliards tandis que sa copie ne vaut rien. N'est-ce pas bizarre tout cela ? N'est-ce pas plutôt une culture purement occidentale, issue de la Renaissance et encouragée par les Medecis ?

Je voulais dire médecin et non malade malgré lui ...

11:00 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.