16/02/2009

Les droits de l'homme baffoués partout

Aujourd'hui s'ouvrent à Phnom Penh les audiences du procès des khmers rouges. Le bourreau Kaing Kek Iev, alias Douch, 66 ans, chef du Santebal, "branche spéciale" de l'appareil d'épuration du régime, est le premier à être mis sur le gril sur la petite liste des accusés qui contient quatre autres accusés âgés de 77 à 82 ans et de santé précaire. A ce titre, il a dirigé le centre de détention S-21, installé en 1976 dans l'ancien lycée Tuol Sleng, au coeur de Phnom Penh. Où l'on a supplicié de 17.000 à 20.000 prisonniers, dont nombre de cadres khmers rouges, afin de leur "extraire" les aveux d'une présumée "trahison".  Accusé de corruption, le tribunal ne pourra guère entreprendre avant 2010 le procès des autres quatre (certains médias parlent de cinquante) prévenus. En plus, la population cambodgienne, à 80% bouddhiste, n'est pas de nature revancharde  et voit d'un mauvais oeil tout ce remu-ménage, préférant tout oublier et laisser les choses se régler d'elles-mêmes. Pauvres victimes éliminées comme des bestiaux ! Il y a de ces mentalités qui nous dépassent ...

Dimanche, j'ai vu à l'émission de PPDA "La traversée du mirroir" sur France5, avec comme invités Simone Veil et Abd Al Malik.

http://www.france5.fr/traversee-du-miroir/index.php?page=...

Emouvants les témoignages sur la shoah. Mme Veil a aussi fait le lien avec le génocide du Cambodge. Elle a aussi dit qu'elle restait une féministe farouche, pas à la manière de Simone de Beauvoir qui militait pour l'égalité entre homme et femme, mais pour la défense de la femme dans sa différence à l'homme dans l'approche des problèmes et des solutions. C'est intelligent.

Gilbert Sinoué vient de sortir son dernier livre "Erévan" chez Flammarion. Il traite du génécide arménien en 1915, avec une préface de Charles Aznavour. Dire que la Turquie ne veut toujours pas reconnaitre ce génocide est intolérable. A ce jour, il y a à peine 15 pays qui ont reconnu le génocide arménien, dont l'UE et la France. Pour des raisons d'intérêts bassement nationaux (pour ne pas froisser l'allié turc), ni les EU ni Israël ne veulent se mouiller. Quelle honte !

Il y a aussi évidemment le Rwanda ...

On a des mots pour dire une peine légère,
Mais les grandes douleurs ne savent que se taire. Sénèque

 

16:46 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.