08/02/2009

Obama back on trail

De retour d'un périple de qq semaines au Laos et au Cambodge et fait qq heures de promenade sur le Mékong (et non les six jours d'AS), je me remets péniblement à digérer les événements d'outre-Atlantique. Vu nos différences de mentalité, je me demande si nous vivons vraiment sur une même planète. Ces pays d'une modestie incroyable comparée à notre arrogance nous interpellent. Ce monde est-il gérable de façon uniforme ?
Au Cambodge surtout, même si le motif principal d'une visite de ce pays reste de site d'Angkor, on ne peut s'empêcher de parler et penser au génocide des Khmers Rouges de 1974-79 dont le chef Pol Pot, pseudonyme de Politique Potentielle, est mort dans son lit. Le procès de ce régime sanguinaire n'a toujours pas eu lieu. Si on laisse le déroulement aux seules mains cambodgiennes, le risque est grand pour que rien n'en sorte car la grande majorité de ce peuple bouddhiste est contre la vengeance. Dans ce pays, il est courant de rencontrer des médecins, infirmiers soigner les bourreaux de leurs proches, en parfaite connaissance de cause. Qu'en faut-il penser ? Nos lois du talion sont-elles meilleures ? Ghandi a-t-il eu tord ou raison en prônant la non-violence ?

@ Attila: Que je vous envie d'être allé à Angkor!
Quant au reste: Gandhi prônait la non violence pour lutter pour son indépendance, mais personne ne dit qu'il faut que la loi du talion s'applique, mais que doit s'exercer la justice des hommes ou des Etats: Nuremberg, le TPI, Les jugements des criminels rwandais, ou ex-yougoslaves, sont des avancées du droit. Et Kieu San Panh - qui était un bras droit de Pol Pot - sera jugé j'espère par la cour de Justice International (ou le TPI, je les confonds)!!!

A noter que son avocat est , bien entendu, Me Vergès, connu pour les causes les plus justes: Klaus Barbie, Carlos, Milosevic: ça vaut déjà condamnation à soi seul!

@ Blaise,: merci pour ce post pas savant, mais simplement intéressant! Je ne sais pas - Attila nous le dira - si les Cambodgiens parviennent vraiment à la paix sociale malgré l'absence de sanctions...

Ce que je remarque, c'est que toute société qui a vécu des traumatismes a besoin de purger son passé: que ce soit à travers les tribunaux, ou à travers des commissions comme Justice et Réconciliation qui - sous des noms divers - ont existé dans des pays aussi différents que le Chili, l'Afrique du Sud ou le Maroc. C'est sans doute qu'il y a une constante analytique, le travail de deuil, qui ne se fait que par la parole. Et je ne suis pas sûre que les sociétés orientales y échappent... Mais je m'aventure peut-être sur un terrain que je connais mal...

Pour rester dans un sujet voisin, je sors du cinéma où je viens de voir un magnifique film "the Reader", tiré d'un livre que j'avais bcp aimé il y a quelques années, de Bernard Schlinck et que j'avais lu en français ("le liseur", je crois... paru au Seuil, me semble-t-il). Le film vient de sortir aux Etats-Unis, en France je ne sais pas, mais ne le manquez pas: Kate Winslet (j'en étais restée à Titanic!) est admirable et le film est bouleversant. Pas drôle, vaut mieux aller boire un verre en sortant, mais justement traite de la justice, du châtiment, de la punition, bref de la façon de faire comprendre aux criminels leurs actes qu'ils n'ont pas toujours intégrés. Cela m'a rappellé "les Bienveillantes" , ce Goncourt magnifique de l'année dernière.. Bon, si j'écoute Schubert après cela, je vais pleurer, donc allons nous coucher avec Miles Davis...!

@ Line
"D'un océan à l'autre", on vient d'échapper aux élections qui auraient se tenir dans les tout prochains jours, puisque la fameuse coalition PL - NPD (soutenu par le Bloc) a volé en éclat après que Ignatieff ait amené son caucus à voter pour le budget Conservateur. Choix du pragmatique s'il en est, car la coalition était fort impopulaire dans tout l'Est et le nouveau chef libéral a besoin de temps pour redonner une santé à un parti endetté et essoufflé politiquement. Non, les gens ne travaillent pas (encore) ensemble, mais Harper "est mis sous surveillance" et a dû s'engager, pour sa survie, à faire un rapport tous les 3 mois sur la mise en oeuvre de son plan de relance. Ce qui veut dire que l'épée de Damoclès reste suspendu sur sa tête. Soit dit en passant, 2 ans après mon arrivée dans votre beau pays qui réussit à sa manière à allier un certain conservatisme très britannique (on est bien sujets de S.M. Elizabeth II!) et des institutions qui sont ce qu'il y a de plus modernes, je n'ai toujours pas compris pourquoi les gouvernements minoritaires restent la règle alors même que l'électorat est politiquement fort éclaté. Un Canadien m'expliquera peut-être un jour...

@ Francoise
Line l'a redit : "bonne fin de semaine"! J'adore la rigueur, ce côté puriste des Québecois, mais qu'est-ce qu'ils peuvent être "décevants" quand ils vous sortent des verbes comme "canceller", "appliquer" (pour postuler) ou celui que je déteste le plus : "scheduler" ! Décidément, l'Office Québecois de la Langue Francaise a encore du pain sur la planche.

@ Anne
Merci pour le petit topo sur les refuges sud-américains. Marrante, l'allusion aux patronymes de consonnance germanophones vus cà et là. J'avoue que j'aurais eu le même réflexe dans les mêmes circonstances.
Pour le tribunal, vous pensiez certainement à la Cour Pénale Internationale (CPI) créée par le Traité de Rome de 1998, puisque son aînée - je suis sûr que vous vous êtes rappelé entre-temps - la Cour Internationale de Justice (CIJ) a pour seuls justiciables les États. Me Vergès ? Il a trouvé un fonds de commerce bien étrange et comme dirait un de mes anciens profs, il prend plaisir à se "mast***ber intellectuellement" dans ce petit cirque dont les médias font allègrement écho à chaque fois!

@ Attila
Pour rester sur le sujet précédent, la question que vous soulevez me semble très intéressante d'un point de vue philosophique. Si on part de l'idée que le droit est consubstantiel à toute société humaine (ubi societas, ubi jus dit l'adage), alors il faudrait admettre qu'étant un phénomène social, le droit et l'ordre juridique qu'il génère, lequel suit le même principe, peuvent parfaitement prévoir des sanctions qui ne soient pas coercitives contre un comportement que pourtant ils réprouvent. Je ne prétends pas connaître le monde bouddhiste, mais je ne serais pas étonné d'apprendre que nonobstant cette situation très curieuse, faut-il l'avouer, où ceux qui auraient pu se constituer partie civile apportent assistance en toute sérénité un présumé criminel, puissent exister d'autres formes de "sanction" contre ces bourreaux. Si un tel système fonctionne bien pour les Cambodgiens en ce qu'il participe à la paix sociale (n'est-ce pas là le but ultime du droit ?), alors pourquoi pas ? Mais on voit bien que la donne change lorsqu'on revient au positivisme propre au droit international quand il est question de certaines catégories de crimes qui heurtent sensiblement l'Humanité, par-delà les frontières. En ce moment-là, ce n'est plus le droit secrété par la socité bouddhiste locale, fût-il "parfait et approprié" qui prime, mais ce que "les nations civilisées" (sic) préconisent, au nom de l'idée que l'Humanité se fait de la justice. Vous me direz, comme l'ont parfois dénoncé certains juristes Africains dans un débat qui selon moi, tient davantage de la réthorique d'écoles, que "les nations civilisées" est un épheumisme pour parler de ce que vous avez appelé "votre loi du Talion". Mais je voulais ici simplement essayer d'apporter ma part de contribution dans la perception de cette question qui me semble très intéressante. Alors, est-ce bien, est-ce mal, ce dualisme sur fond d'une hiérarchie normative que l'on peut, effectivement, questionner ? Je n'ai pas de réponse, mais c'est grâce à cela, comme disait Anne, que des Criminels (Grand C) de tous les horizons arrivent à payer le même "prix" pour toute atteinte à la valeur sacrée de la vie humaine, qu'elle soit celle d'un tutsi Rwandais, d'une fillette sierra-leonaise, d'un jeune musulman bosniaque ou d'un enfant-soldat de l'Ituri congolais.

@ TOUTES ET TOUS : Votre indulgence pour la longueur et pour le soupcon "d'intellectualisme" de ce post. Je n'ai pas encore appris la recette des frères Bogdanov pour parler des choses "savantes" sans jouer les savants ☻☻☻

AS: "voyez, je suis presque devenue américaine ;-)" Attention, danger! Un(e) Européen(ne) finit presque toujours par s'assimiler après un an de séjour aux USA.
Ghandi a sûrement retardé l'indépendance de l'Inde de 15-20 ans à force d'avoir suivi une voie de passivité. Une position ferme de son parti au début des années 30 aurait bouté les anglais dehors et aurait mis l'empire britannique à genoux à l'entrée de la Seconde Guerre mondiale. Son geste a certes contribué à sauver les Alliés mais a humilié l'Inde, au moins 15 fois plus peuplée que son colonisateur.
Quant à Kieu San Panh, il semblerait qu'il soit déjà mort, à vérifier ...

Ce qui est révoltant c'est cette croyance bouddhiste qui veut croire à la ré-incarnation et donc à l'éternel retour et à la punition automatique suivant le parcours de la vie. Le malheur est qu'en agissant ainsi on fait fi de la mémoire des victimes de Pol Pot. Il faut du courage pour visiter le Musée du Génocide de Tuol Sleng et le Camp de Choueng Ek. La manière dont étaient organisées les interrogatoires, les tortures et les mises à mort collectives dont les cris (interdits!) étaient couverts par des hauts parleurs ...Figurez-vous que le visiteur se rend compte, mais trop tard, que sur le parcourt du site, il est obligé de marcher sur les os des victimes et sur leurs vêtements de plus en plus nombreux ... Horrible.

Quelques instants après avoir quitté le Musée du Génocide, nous croisons sur notre route un troupeau de vaches, de boeufs, de taureaux numérotés en grand. On nous apprend que nous sommes à côté d'un abattoir et que ces bêtes y vont "la tête haute". J'ai particulièrement admiré le taureau n°46 qui a fini probablement sur des assiètes de toutristes comme moi ...

Sur cette base, il n'est pas possible de parler de TPI ou Cour de Justice Internationale qui serait la même à l'Est ou à l'Ouest. Pourtant, la vie humaine doit avoir la même valeur partout.
Oh! croyance idiote quand tu nous tiens, ce sont toujours les plus ignorants qui paient. Notre Pape nous en prépare quelques-unes de ces vérités révélées et de contre-sens. Pourvu qu'il rombe dans la trappe ...
A Angkor, on ne peut s'empêcher de croiser André Malraux, notamment quand on voit la statue de la déesse en grès rose, à Banteay Srei (la "citadelle des femmes"), qu'il a volée et qui est remise en place, après avoir perdu sa belle tête dans l'aventure. J'espère que l'histoire donnera tort à Malraux qui a dit que le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas.

@Attila: "Ce qui est révoltant c'est cette croyance bouddhiste qui veut croire à la ré-incarnation et donc à l'éternel retour et à la punition automatique suivant le parcours de la vie."

Pas tout a fait d'accord, Attila.

Rien n'interdit au contraire la correction (plutot que punition) dans la vie presente. C'est d'ailleurs bien mieux comme ca car il n'y aura pas de KARMA a reparer dans une vie future (pas necessairement la prochaine d'ailleurs).

Mais au fait, "Attila" n'est-ce pas la reincarnation d'un certain roi des Huns ? :-)

17:30 Écrit par attila dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.